Arrêter le TPE?

Exposition récente au VIH : toutes vos interrogations sur le #TPE Traitement Post-Exposition #VIH
Répondre
Avatar du membre
pandablues
Messages : 19
Enregistré le : jeudi 23 octobre 2014 22:12

Re: Arrêter le TPE?

Message par pandablues » vendredi 07 novembre 2014 12:08

Je suis vacciné mais comme l'a dit parlotte le vaccin ne serait pas fiable à 100% mais plutôt 90/95%.

Le temps passe et je reste encore et toujours angoissé. Vivement à dans 3 mois.

C'est vrai que je souffre d'internetose depuis déjà plusieurs années. Ca arrange rien.
Avatar du membre
Sis2
Administratrice
Messages : 11400
Enregistré le : lundi 20 mars 2006 11:20
Localisation : France
Contact :

Re: Arrêter le TPE?

Message par Sis2 » vendredi 07 novembre 2014 12:11

Pourquoi attendre 3 mois alors que dès aujourd'hui vous pouvez savoir que vous n'avez pas le VIH ?
:-?
Pour toutes vos questions sur le VIH/sida et les hépatites, vous pouvez aussi :
- consulter notre site internet
- nous appeler au 0 800 840 800 (SIS) ou au 0 800 845 800 (HIS)
- nous contacter sur le Live Chat
- nous poser une question par mail
Avatar du membre
pandablues
Messages : 19
Enregistré le : jeudi 23 octobre 2014 22:12

Re: Arrêter le TPE?

Message par pandablues » vendredi 07 novembre 2014 12:13

Le test est fiable 3 mois après la fin du TPE si je ne me trompe pas?
Avatar du membre
Sis2
Administratrice
Messages : 11400
Enregistré le : lundi 20 mars 2006 11:20
Localisation : France
Contact :

Re: Arrêter le TPE?

Message par Sis2 » vendredi 07 novembre 2014 12:16

Pas de risque = pas de VIH.
:-?
Pour toutes vos questions sur le VIH/sida et les hépatites, vous pouvez aussi :
- consulter notre site internet
- nous appeler au 0 800 840 800 (SIS) ou au 0 800 845 800 (HIS)
- nous contacter sur le Live Chat
- nous poser une question par mail
Avatar du membre
Akalis
Messages : 75
Enregistré le : samedi 08 novembre 2014 18:53

Re: Arrêter le TPE?

Message par Akalis » mercredi 12 novembre 2014 3:31

parlotte a écrit :Alors là les bras me tombent

Actuellement en France Métropolitaine et Outre-Mer, en tenant comptes des personnes ignorant leur séro+, il y à même pas 200 000 personnes contaminées sur 66 millions de Français
Sur ces 200 000, les homosexuels sont les premiers touchés.

Donc trouver une femme séropositive relève de la recherche du Graal

Si l'état de la bouche était un danger lors de contact, j'aimerais bien qu'on m'explique quand on se roule des pelles, si moi séro+j'ai un bobo comment en embrassant mon mari qui lui s'est égratigné la gencive en se brossant les dents il n'est jamais attrapé le VIH.
Qu'on me dise aussi comment on fait pour jamais avoir la bouche sans bobos (se mordre en mangeant, avoir les lèvres gercées,en se nettoyant les dents, une aphte) parce que si la présence d'une muqueuse buccale altérée suffit la Terre entière serait contaminée depuis 25 ans...

Moi je laisse tomber. Si on en vient à prescrire des TPE pour n'importe quoi sans aucun suivi quand on connait les effets secondaires possibles sur des organes vitaux cela laisse présager un grand n'importe quoi
parlotte, il n'y a plus de doute, aujourd'hui d'après les recommandations officielle, on prescris un TPE que les risques soit réel OU craints.
Le vrai problème c'est qu'en discutant tout simplement avec notre ami pandablues, un personnel de soin aurait pu dissiper tous les doutes en expliquant que le risque était de 0.

Pour citer mon cas personnel, je suis actuellement sous TPE suite à un rapport unique avec une jeune fille (18 ans) de sérologie inconnue.
Trouver une fille s+, de cet âge en plus, en France, relève du graal comme tu l'as indiqué. Sans compter que la plus grande partie des femmes s+ française se soigne probablement très bien, et ont une charge virale souvent faible.

Les médecins que j'ai rencontré, sans me rassurer, semble convaincu qu'il n'y a pas de seroconversion possible dans mon cas. Et pourtant, face à mes craintes, il n'y a eu aucune résistance à me prescrire, à ma demande, un TPE.
Mais dans mon cas le risque existe, même s'il est minime.
Dans le cas de panda, c'est quand même plus étonnant déjà...
Avatar du membre
pandablues
Messages : 19
Enregistré le : jeudi 23 octobre 2014 22:12

Re: Arrêter le TPE?

Message par pandablues » mercredi 12 novembre 2014 3:52

Bah moi elle était quand même sacrément à risque je dirais :/

On verra bien...
Avatar du membre
Akalis
Messages : 75
Enregistré le : samedi 08 novembre 2014 18:53

Re: Arrêter le TPE?

Message par Akalis » mercredi 12 novembre 2014 4:02

pandablues a écrit :Bah moi elle était quand même sacrément à risque je dirais :/

On verra bien...
Je pense que vous vous en faite une fausse idée. Votre partenaire n'as pas plus de chance que quiconque d'être s+ (c'est à dire une chance plutôt faible). De plus, la transmission n'est pas systématique.

De toute façon, dans votre situation, il n'y a pas eu de prise de risque ! Prendre un TPE (et vous le prescrire) était une erreur.
Vous pouvez dissiper vos inquiétudes concernant le VIH, les test paraissent même négligeables (mais si ça vous rassure...). Vous n'avez pas été contaminé par le VIH. Passez à autre chose :)
Avatar du membre
Sis2
Administratrice
Messages : 11400
Enregistré le : lundi 20 mars 2006 11:20
Localisation : France
Contact :

Re: Arrêter le TPE?

Message par Sis2 » mercredi 12 novembre 2014 11:06

pandablues a écrit :Bah moi elle était quand même sacrément à risque je dirais :/
Comme quoi la perception des risques est très très relative et personnelle.
:-?

Et merci Akalis pour vos réponses claires et précises.
:chapeau01:
Pour toutes vos questions sur le VIH/sida et les hépatites, vous pouvez aussi :
- consulter notre site internet
- nous appeler au 0 800 840 800 (SIS) ou au 0 800 845 800 (HIS)
- nous contacter sur le Live Chat
- nous poser une question par mail
Avatar du membre
pandablues
Messages : 19
Enregistré le : jeudi 23 octobre 2014 22:12

Re: Arrêter le TPE?

Message par pandablues » jeudi 13 novembre 2014 0:59

on prescris un TPE que les risques soit réel OU craints.
J'imagine qu'il y a des gens qui ne veulent pas donner tous les détails et qui "minimisent" ce qui s'est passé vu que c'est embarrassant d'en parler.
Peut-être que c'est pour ca qu'ils le donne à tlm.

Autre question est-ce que les symptomes de la primo infection peuvent-ils apparaitre durant la prise du TPE?

Depuis hier j'ai un gros rhume avec éternuements, toux ....

Pour l'instant je ne panique pas ;)
Avatar du membre
Akalis
Messages : 75
Enregistré le : samedi 08 novembre 2014 18:53

Re: Arrêter le TPE?

Message par Akalis » jeudi 13 novembre 2014 8:51

pandablues a écrit :
on prescris un TPE que les risques soit réel OU craints.
J'imagine qu'il y a des gens qui ne veulent pas donner tous les détails et qui "minimisent" ce qui s'est passé vu que c'est embarrassant d'en parler.
Peut-être que c'est pour ca qu'ils le donne à tlm.

Autre question est-ce que les symptomes de la primo infection peuvent-ils apparaitre durant la prise du TPE?

Depuis hier j'ai un gros rhume avec éternuements, toux ....

Pour l'instant je ne panique pas ;)
Il va falloir envisager un suivis psychologique surtout !
Comment pouvez-vous ne serait-ce que penser à une primo-infection alors que vous n'avez pas pris de risque.
Arretez le TPE, et oubliez le VIH, une fois pour toute.
Avatar du membre
Sis2
Administratrice
Messages : 11400
Enregistré le : lundi 20 mars 2006 11:20
Localisation : France
Contact :

Re: Arrêter le TPE?

Message par Sis2 » vendredi 14 novembre 2014 9:17

pandablues a écrit : Autre question est-ce que les symptomes de la primo infection peuvent-ils apparaitre durant la prise du TPE?
Pas de risque, pas de VIH, pas de primo infection.
pandablues a écrit :Depuis hier j'ai un gros rhume avec éternuements, toux ....

Pour l'instant je ne panique pas ;)
C'est vrai qu'au mois de novembre un rhume c'est forcément du au VIH.
:shock:
Pour toutes vos questions sur le VIH/sida et les hépatites, vous pouvez aussi :
- consulter notre site internet
- nous appeler au 0 800 840 800 (SIS) ou au 0 800 845 800 (HIS)
- nous contacter sur le Live Chat
- nous poser une question par mail
Avatar du membre
Sis5
Modérateur
Messages : 3643
Enregistré le : mardi 29 juillet 2008 14:29
Localisation : France
Contact :

Re: Arrêter le TPE?

Message par Sis5 » vendredi 14 novembre 2014 20:20

Bonjour Les Gens !

J'interviens dans ce sujet sans doute comme un éléphant entrerait dans une boutique de bibelots en verre, mais une phrase m'a un peu interpelé, et pourrait jeter le doute sur les conditions de dispensation du TPE.

Sieur Akalis a écrit un peu plus haut (ce n'est sans doute pas dans toutes nos mémoires):
"parlotte, il n'y a plus de doute, aujourd'hui d'après les recommandations officielle, on prescris un TPE que les risques soit réel OU craints."

Je sais bien que parfois le TPE est donné "larga manu", manifestement plus pour rassurer la personne que pour traiter un hypothétique VIH pour lequel il n'y a pas forcément eu de risques... Cela fait cher de l'anxiolytique mais bon.

Nous parlons toujours de risque, puisqu'il y a un aléa. Mais en principe, et nous avons un point de repère utile, le rapport 2013 (dit Morlat).

Page 60: "Le traitement postexposition est indiqué pour réduire le risque d’infection par le VIH après un risque élevé."

Page 395: "Le TPE doit être réservé aux situations à risque identifiable de transmission du VIH."

Et, puisque l'argent compte, page 397 sur le "coût-efficacité"
- "(...) Le rapport coût-efficacité du traitement postexposition (TPE) a été évalué en France [21] à partir des données recueillies de 1999 à 2003 (...);
- " (...) Le TPE est coût-efficace lorsqu’il est prescrit dans les situations suivantes : homme ou femme ayant un rapport anal réceptif avec un partenaire infecté par le VIH, partage de seringues avec un usager de drogues infecté, piqûre profonde chez un pro- fessionnel de santé avec du matériel utilisé chez un patient infecté, ou homme ayant un rapport anal réceptif avec un partenaire de statut VIH inconnu. (...) (d'autres études ont été faites aux USA et en Australie)
- "(...) Si les résultats de ces études sont concordants, il convient de souligner qu’elles sont anciennes, et pourraient être encore moins coût-efficace dans les indications actuelles de traitement antirétroviral. (...)

Je m'éclipse .... :peur01:
Pour toutes vos questions sur le VIH/sida, les IST et les hépatites, vous pouvez aussi :
- consulter notre site internet
- nous appeler au 0 800 840 800 (SIS) ou au 0 800 845 800 (HIS)
- nous contacter sur le Live Chat
- nous poser une question par mail
Avatar du membre
Sis2
Administratrice
Messages : 11400
Enregistré le : lundi 20 mars 2006 11:20
Localisation : France
Contact :

Re: Arrêter le TPE?

Message par Sis2 » mercredi 19 novembre 2014 9:18

Merci pour cette éclipse informative Sis5.
:prof:
Pour toutes vos questions sur le VIH/sida et les hépatites, vous pouvez aussi :
- consulter notre site internet
- nous appeler au 0 800 840 800 (SIS) ou au 0 800 845 800 (HIS)
- nous contacter sur le Live Chat
- nous poser une question par mail
Avatar du membre
Akalis
Messages : 75
Enregistré le : samedi 08 novembre 2014 18:53

Re: Arrêter le TPE?

Message par Akalis » samedi 22 novembre 2014 2:31

Il n'y a pas de doutes, le TPE "devrait" être prescrit dans des cas de risques élevés. Je n'arrive pas à mettre la main dessus, mais il s'agit effectivement de rapport avec un partenaire de sérologie s+ connue, ou avec un partenaire de sérologie inconnue où le risque de sérologie s+ est supérieur à 10% (estimé selon la prévalence... le type de rapport et le profil du partenaire, mais je ne rentrerais pas dans les détails).
Difficile de savoir si ces recommandations sont basée sur autre choses que des observations statistiques. Sauf erreur de ma part, 40 000 TPE ont été prescrit en france sur les 10 dernières années. Si ces 40 000 TPE était prescrit dans d'autres circonstances que celle citées par Sis5 dans son dernier paragraphes, il serait donc question de 40 000 ESAR (rapports non-protégés) avec des partenaires de sérologie inconnues ne faisant pas partie de groupes "à risques" (HSH, Hétéro nées à l'étranger, Usages de drogues...) ou dans le cadre de pratiques avec un taux de transmission plus faible. Dans ce cas précis, le taux de transmission associé à la prévalence indique que, et uniquement pour ces cas, si aucun TPE n'avait été prescrit, il y aurai eu de grande chance de n'observer aucune séroconversion dans l'ensemble des cas indiqués car trop peu de cas. (ou que les séroconversion observées pourrait être due de façon probable ou supposé à d'autres rapport à risques postérieur ou ultérieur à l'ESAR ayant donné lieu à la prescription d'un TPE) Il devient donc impossible de mesurer de façon réelle ou supposée l'efficacité d'un TPE dans ces circonstances.
Je pense que le calcul est rapidement fait par les organismes de santé. Pourquoi prescrire un TPE dans le cas d'un risque faible ou craint s'il est impossible d'en mesurer l'efficacité ou d'être assuré que sur une période non défini dans le temps, ces prescription puisse empêcher une seul séroconversion sur l'ensemble des cas.
Ca ne signifie pas que le TPE n'est pas un acte de protection réel et responsable, et qu'il n'est pas AUSSI efficace dans ces cas-ci. Les statistiques se heurtent alors aux convictions. Et on oublie aussi vite le fait que le prescrire dans TOUS les cas aide aussi à sensibiliser à l'importance d'avoir recours au TPE dans le cas d'un rapport à risque élevé.

Le fait que le TPE doivent être préscris que le risque soir réel ou craint est donc une recommandation instaurée par les défenseurs du TPE, comme le Dr Gilles Pialoux.

(voir son interview ici : http://www.20minutes.fr/sante/907697-20 ... asi-totale )

Car après tout, qu'on en ignore ou pas l'efficacité dans le cas d'un risque faible (voir seulement craint), est-ce une raison suffisante pour ne pas le prescrire le traitement ?
Et sa démarche est plutôt censée. Il ne fait pas le calcul des frais engagés (après tout ce n'est pas forcément son affaire), il estime que prescrire un TPE que le risque soit réel ou craint aide à la sensibilisation d'un traitement encore peu connu du grand public (moins d'un quart de la population), et pourrait ralentir considérablement la pandémie.

Quand aux risques réels ou craint, il continue d'y avoir un double discours sur le sujet. Comme s'il ont avait peur d'un retour en arrière en matière de prévention si l'ont pouvait différencier les deux. (Ce qui est pas illogique non plus. Après tout, pourquoi se protéger si le risque est proche de 0 ? Si on explique de façon statistiques que selon les circonstances, un rapport non protégé avec un/une partenaire de sérologie inconnue pourrait donner lieu à une chance de contamination d'une sur 100 000, 1 Million ou plus, on risque de voir un retour en arrière dans l'utilisation du préservatifs dans toutes les populations... Et ça reste un danger. Ce qui ne signifie pas que les risques ne sont pas faibles dans une majorité des cas.)
Avatar du membre
Akalis
Messages : 75
Enregistré le : samedi 08 novembre 2014 18:53

Re: Arrêter le TPE?

Message par Akalis » samedi 22 novembre 2014 3:15

Au passage, j'ai du mal à retrouver le document, (mais je le retrouverais peut-être), qui évoque le suivit médical après prescription d'un TPE.

Les recommandations sont bien un test à 4 semaines puis 3 mois de la fin du TPE, dans le cas de rapport "à risque", c'est à dire tel que décris par Sis5 dans son dernier paragraphe.
Mais dans les autres cas, il est indiqué suivit jusqu'à S6 maximum (semaine 6), sans que je sache s'il s'agit de 6 semaines après la fin du TPE ou après l'ESAR. Mais ça recoupe des faits observé dans la pratique.
En cas de TPE prescrit si le risque n'est pas élevé, le test à 3 mois est conseillé au patient, mais non-prescrit, et le dernier contact avec le service médicale s'effectue lors du test 1 mois après la fin du TPE.
Ca va plutôt dans l'idée que lors d'un risque "craint" voir faible (n'entrant pas dans les rapport à risque élevés décrits par les recommandations officielles), le TPE est prescrit avant tout pour rassurer le patient et (peut-être) par mesure de prévention. Mais hors circonstances décrits dans les recommandation, il n'as pas l'air prescrit pour limiter les contaminations... (sinon pourquoi arrêter le suivit avant 3 mois ? A moins qu'on parte du principe que le TPE est efficace à 100%)
Il existerait donc bien des risques réels et des risques craints lors de la prescription d'un TPE.

Mais je ne vais pas allez plus loin sur le sujet, on va croire que je creuse trop.
(Je précise que je ne le fait pas pour mon seul cas personnel. Je travaille depuis 10 ans avec une association qui sensibilise sur la prévention VIH / MST. Ce qui m'a plus que quiconque pousser à aller prendre un TPE après un ESAR).
Répondre