Bienvenue sur le forum de SIS Association :-)

L'inscription au forum est obligatoire pour pouvoir lire les échanges, sauf pour les sections VIH/sida et Hépatites.
L'adresse mail avec laquelle vous vous inscrivez est visible par défaut. Attention donc si votre adresse mail contient votre nom et votre prénom.
Nous sommes désolés de ne pas pouvoir accepter les inscriptions avec des adresses hotmail.com (trop de spams)

Chaque membre s'engage à respecter la Charte du forum. Tout message injurieux ou contraire à la Charte du forum sera susceptible d'être supprimé.

Pour tout problème concernant le forum, merci de contacter : forum@sida-info-service.org

Inquiétude et question sur les modes de contamination

Transmission, symptômes, dépistage, traitement d'urgence (TPE) infection à #VIH, Virus de l'Immunodéficience Humaine

Modérateurs: Sis2, Sis10, Sis3, Sis5, Sis8, Sis6, Sis13, Sis11, Sis12, Sis4, Sis7, Sis9, Sis17

Inquiétude et question sur les modes de contamination

Messagepar Khal » Lundi 14 Mai 2018 12:46

Bonjour à tous,

J’écris ici pour une inquiétude, qui génère une question.

Voici l’inquiétude : j’ai eu une relation protégée avec une inconnue il y a quelques jours. Je ne connais pas son statut même si elle m’a dit de protéger systématiquement. Elle m’a également fait une fellation, assez courte, non protégée. Je lui ai fait également un cunilingus non protégé, court et assez superficiel. Je l’ai également masturbée.
Après coup, j’y ai repensé en mode « risque ou pas ? », sur les points suivants:
- fellation non protégée: pas de risque pour moi;
- cunilingus non protégé: pas de risque pour moi, ce n’est pas un mode de transmission et elle n’avait pas ses règles (pas de traces ou de goût étrange)
- Masturbation: je me suis rendu compte le lendemain que j’avais comme une petite coupure sur le côté d’un doigt avec lequel je l’ai masturbee. Je suis incapable de me souvenir quand je me la suis faite, pas dans la soirée je crois, car aucun souvenir de douleur ou de saignement. C’est une légère coupure, cinq millimètres de long, même pas un de large, on voit un peu de « rose » à l’intérieur. Ça ressemble à un bobo de bricolage.

C’est ce dernier point qui m’a interpellé. Je me suis renseigné et il ressort quand même pas mal, ici en tête, que ce n’est pas un risque : il aurait fallu que j’aie une vraie coupure profonde et récente pour que ses sécrétions aient pu me contaminer, et encore il aurait fallu de grosses quantités de sécrétions.

Suis-je bon jusqu’ici ?

Et de tout cela découle mon interrogation. On dit que le sang est plus contaminant que les sécrétions vaginales, et que pour une contamination par plaie il faudrait deux plaies saignantes en contact prolongé. Donc fatalement le risque de contamination de sécrétions vaginales par plaie ouverte est encore moins important.

Mais alors qu’est ce qui fait que le contact par muqueuse soit si risqué? Si des sécrétions vaginales versées dans une plaie (imaginons), donc directement dans le corps et dans le sang, ont très peu de risque, pourquoi au contact du gland par exemple cela devient si dangereux ?
J’imagine que c’est parce que les muqueuses sont fines et peuvent être facilement abîmées et donc traversées par les sécrétions. Quelle différence alors avec ce contact « sécrétion/plaie » (la aussi le liquide contaminant passe dans le corps puisque la barrière de la peau est ouverte, dans une même profondeur qu’une muqueuse ?), et ce contact plaie/plaie (j’ai lu qu’il y a une histoire de remontée à contre courant mais deux plaies profondes peuvent ne pas non plus saigner à ce point)?

Merci de m’avoir lu, au delà de l’inquiétude je me pose vraiment cette question. J’ai du mal à imaginer (en termes de fonctionnement biologique) qu’un contact gland/sécrétions soit plus risqué qu’un contact plaie /plaie ou plaie/sécrétions (passage direct dans le sang).
Khal
 
Messages: 5
Inscrit le: Lundi 14 Mai 2018 12:41

Re: Inquiétude et question sur les modes de contamination

Messagepar Faune » Lundi 14 Mai 2018 14:57

J'ai l'impression Khal que tu as déjà pas mal de connaissance sur les modes de transmission du VIH. Et que dans la situation que tu partages, tu as compris "que ce n’est pas un risque" pour le VIH.

Pour ton interrogation...

Effectivement le sang est le liquide biologique susceptible de contenir le plus de virus mais cela ne veut pas dire que ça simple présence suffit pour qu'il y ait transmission du virus. Il faut un passage direct de sang à sang comme lors une transfusion sanguine, un partage de seringue etc... ça n'est pas une situation si courante et qui ne se retrouve dans un contact de plaie à plaie. Il faudrait qu'il y ait un contact prolongé de deux plaies profondes et des saignements abondants.

Pour qu'il y ait transmission du VIH, il faut un contact avec un liquide contenant une quantité suffisante de virus et une porte d'entrée.

Les muqueuses contrairement à la peau ne sont pas des barrières imperméables, elles sont plus fines, plus fragiles et sont perméables à des échanges.
Le temps de contact avec la muqueuse, les frottements répétés contre la muqueuse, le manque de lubrification vont créer la porte d'entrée pour le virus par exemple lors d'une pénétration avec les frottements répétés du gland contre la muqueuse anale ou vaginale. Il faut aussi la présence d'un liquide contenant une quantité suffisante de virus (sperme, mouille, liquide pré-séminal...)
Faune
 
Messages: 5
Inscrit le: Vendredi 11 Mai 2018 11:22
Localisation: Grenoble

Re: Inquiétude et question sur les modes de contamination

Messagepar Khal » Lundi 14 Mai 2018 15:20

Merci de ce premier retour. En effet je me suis pas mal renseigné, et parfois il est difficile de réussir à ramener son cas à ce qu’on lit. Dans le cas d’un doigtage avec « plaie » c’est la question de la définition du mot plaie qui est difficile. Sur internet et sur SIS on parle de petite plaie (écorchure, rongeage d’ongles), ce qui laisse du coup l’interprétation de ce que peut être une coupure : suffisante ?

Et si on ramène ça à ce que je disais sur les muqueuses et ce que tu confirmes, il y a là je trouve comme un pb de logique : je comprends ce qui se passe avec la muqueuse. On frotte, on baigne pendant un long moment dans un milieu qui peut porter le virus, on créer des micro lésions dans la muqueuse et ça rentre. Mais une coupure même petite dans la peau, quelle est alors la différence ? Une coupure même peu profonde a un doigt qui doigte pendant des minutes vaut bien une micro lésion dans la muqueuse du gland non...? Donc pourquoi dit on que dans un cas, la coupure, il faut une quantité énorme et une grosse coupure, alors que pour les muqueuses c’est une micro lésion invisible qui peut suffire ? Dans les deux cas il y a une ouverture vers la chair en dessous. C’esr Lié à la structure des muqueuses qui sont directement lié au système vasculaire ?
Khal
 
Messages: 5
Inscrit le: Lundi 14 Mai 2018 12:41

Re: Inquiétude et question sur les modes de contamination

Messagepar Sis8 » Mardi 15 Mai 2018 16:43

Khal a écrit:On frotte, on baigne pendant un long moment dans un milieu qui peut porter le virus, on créer des micro lésions dans la muqueuse et ça rentre


Le virus ne "rentre" pas :no01: Ce sont des cellules de notre système immunitaire qui vont accrocher ce virus pour lancer une attaque d'anticorps contre lui. Hors, ce type de cellules nous pouvons en avoir au niveau des muqueuses sexuelles mais pas sur une blessure sur la peau. :hein04:

Voilà pourquoi vous n'avez rien à craindre dans votre cas :grin:
Pour toutes vos questions sur le VIH/sida et les hépatites, vous pouvez aussi :
- nous appeler au 0 800 840 800 (SIS) ou au 0 800 845 800 (HIS)
- être appelé
- nous contacter sur le Live Chat
- nous poser une question par mail
Avatar de l’utilisateur
Sis8
Modératrice
 
Messages: 2922
Inscrit le: Jeudi 02 Avril 2009 14:25

Re: Inquiétude et question sur les modes de contamination

Messagepar Khal » Mardi 15 Mai 2018 17:20

Ha, voilà une explication ! J’ai eu beau chercher, ça n’apparaît nul part. Or c’est pourtant je trouve fondamental pour comprendre pourquoi même une coupure qui a saigne récemment (sauf si on est ouvert jusqu’à l’hemorragie, qui signifie ouverture vers le système sanguin) n’est pas risqué par rapport à un contact par frottement avec une muqueuse même saine.

Ce que je comprends donc: les muqueuses sont fines et pour se protéger elles ont juste dessous des cellules immunitaires. Si le virus passe les muqueuses et la c’est facile car c’est très fin, elles attrapent le virus en tâchant de faire leur boulot et de le détruire. Si elles n’y arrivent pas, alors ce sont ces cellules immunitaires contaminées qui vont répandre le virus.
Dans le cas d’une blessure type petite coupure ou bobo même frais, ces cellules sont beaucoup plus profondes (ou absentes) et ne peuvent donc être vecteur de contamination.

Je trouve que, pour peu que j’aie bien compris, c’esr une explication très logique mais très difficile à trouver sur le net. C’est pourtant elle qui explique la différence profonde et qui permet de justifier l’absence de prise de risque dans un tel cas ...
Khal
 
Messages: 5
Inscrit le: Lundi 14 Mai 2018 12:41

Re: Inquiétude et question sur les modes de contamination

Messagepar Sis8 » Mercredi 16 Mai 2018 12:19

Vous avez plutôt bien compris :grin:

Juste une petite rectification
Khal a écrit: les muqueuses sont fines et pour se protéger elles ont juste dessous des cellules immunitaires. Si le virus passe les muqueuses et la c’est facile car c’est très fin, elles attrapent le virus en tâchant de faire leur boulot et de le détruire. Si elles n’y arrivent pas, alors ce sont ces cellules immunitaires contaminées qui vont répandre le virus.


Il n'y a pas de protection par la barrière de la peau, c'est pourquoi on parle de "muqueuse". Ce sont donc des cellules de notre système immunitaire qui vont servir de "gardien", et plus une muqueuse est irritée ( par des frottements lors des pénétrations) plus il y aura un afflux de ces cellules.
Lorsqu'elles détectent un agent infectieux non identifié ( le VIH ) elles vont l'accrocher pour l'entrainer dans le circuit sanguin et le présenter à d'autres cellules changées de déclencher des anticorps pour le détruire.
Ce sont ces anticorps que l'on détecte dans le sang lors des tests VIH. Mais le problème est que ces anticorps ne suffisent pas pour détruire ce virus, qui est un rétrovirus et a des particularités pour se multiplier. :sad:

Ce sont des explications simplifiées (en terme de biologie c'est un peu trop compliqué :mrgreen: ) mais qui permettent de mieux comprendre la transmission du VIH.
Cela explique aussi pourquoi lors d'un rapport de pénétration sexuelle non protégé avec une personne porteuse du VIH, la contamination n'est pas "systématique". Si toutes les conditions ne sont pas réunies, il n'y a pas de transmission
Pour toutes vos questions sur le VIH/sida et les hépatites, vous pouvez aussi :
- nous appeler au 0 800 840 800 (SIS) ou au 0 800 845 800 (HIS)
- être appelé
- nous contacter sur le Live Chat
- nous poser une question par mail
Avatar de l’utilisateur
Sis8
Modératrice
 
Messages: 2922
Inscrit le: Jeudi 02 Avril 2009 14:25

Re: Inquiétude et question sur les modes de contamination

Messagepar Khal » Mercredi 16 Mai 2018 12:40

En effet biologiquement c’est compliqué, et merci de prendre le temps de répondre aussi précisément, c’est difficile et peu répandu comme info mais c’est pourtant bien ce qui permet de déterminer la prise de risque ou pas, surtout dans le cas évoqué, car spontanément on a du mal à comprendre pourquoi une effraction cutanée saignante n’est pas à risque alors qu’un contact de muqueuses l’est.

Donc, muqueuse = transmission facilitée car contact facilité avec les cellules immunitaires à cause de l’absence, ou de la trop grande finesse, de la barrière et de la mobilisation rapide de ces cellules des qu’il y a « activité suspecte » (irritation même minime lors du rapport sexuel).

Mais dans le cas d’une blessure (une coupure avec un couteau sur le doigt dans ce cas), donc effraction de la peau; il n'y a pas le même mécanisme de « mobilisation » de ces cellules immunitaires qui viennent « défendre » l’effraction dans la peau, et peuvent donc être alors au contact des liquides contaminants potentiels de la même manière que ce qui se passe avec les muqueuse ? Le début de blessure (irritation) sur la muqueuse déclenche l’arrivee de cellules qui viennent se mettre en protection; si blessure il y a au niveau de la peau le corps ne réagit pas de la même manière en créant une barrière de cellules au plus près de l’effraction ?
Khal
 
Messages: 5
Inscrit le: Lundi 14 Mai 2018 12:41

Re: Inquiétude et question sur les modes de contamination

Messagepar Faune » Mercredi 16 Mai 2018 14:20

je crois que je n'arrive plus vraiment à te suivre Khal...

Khal a écrit:Mais dans le cas d’une blessure (une coupure avec un couteau sur le doigt dans ce cas), donc effraction de la peau; il n'y a pas le même mécanisme de « mobilisation » de ces cellules immunitaires qui viennent « défendre » l’effraction dans la peau, et peuvent donc être alors au contact des liquides contaminants potentiels de la même manière que ce qui se passe avec les muqueuse ?


On est bien toujours dans le contexte d'un rapport sexuel ? une masturbation avec un couteau ??

En cas de plaie, il y a surtout une réponse de l'organisme par la coagulation et la cicatrisation en cas d'effraction de la peau pour restaurer la barrière cutanée.
Faune
 
Messages: 5
Inscrit le: Vendredi 11 Mai 2018 11:22
Localisation: Grenoble

Re: Inquiétude et question sur les modes de contamination

Messagepar Khal » Mercredi 16 Mai 2018 17:18

Oula ! Non !!

Je parlais de la différence entre les deux cas :
- muqueuse « irritée » par un simple rapport sexuel qui déclenche une protection immunitaire rendant possible une contamination des cellules qui font cette réponse (ce qu’a explique sis8). Cas de figure des conditions contamination « classique ».

- une blessure au doigt faite avec un couteau: c’est là que je pose la question en demandant si dans ce cas il n’y a pas réponse immunitaire identique avec mobilisation de cellules immunitaires au plus près de l’effraction; et donc on se retrouverait un peu dans le même cas que la muqueuse avec un contact facile entre un liquide contaminant et ces cellules. Je connais le principe de la cicatrisation mais j’imaginais que le corps augmentait alors sa réponse immunitaire en parallèle (une plaie même en cours de cicatrisation reste à protéger par pansement ou bandage - si elle est importante-, c’est Donc bien qu’un risque existe encore malgré la barrière de la coagulation ?).

Je parle de doigt parce que c’était la situation qui m’a fait poser la question, et parce qu’en fait je vois pas comment mettre une autre partie du corps enventuellement blessée au contact de sécrétions vaginales :)
Khal
 
Messages: 5
Inscrit le: Lundi 14 Mai 2018 12:41


Retour vers Forum général sur le #VIH #sida

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot], Sis8 et 32 invités